Quels Secrets Pour Réussir Son Burn Out ?

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Burn Out : Une mode passagère ou la naissance d’un mythe ?

Le Burn Out est une pratique très à la mode actuellement. De plus en plus de gens sont impatients d’expérimenter cet état psychologique très particulier, qui connait un véritable succès dans le monde de l’entreprise (mais pas seulement), et qui nous vient, comme toujours, des USA.

C’est à Christina Maslach que l’on doit les premières descriptions de ce trouble dans les années 1970. Elle parle du Burn Out comme « un épuisement mental et physique des personnes dont le travail nécessite un contact permanent avec autrui » (Maslach, 1976).

Très vite, Schaufeli et Enzmann la rejoignent en pompant son travail et en décrivant « un état d’épuisement physique, émotionnel et mental résultant d’une exposition à des situations de travail émotionnellement exigeantes » (Schaufeli et Enzmann, 1998).

Il sera conceptualisé pour la première fois par Freuden- Berger en 1975, pour décrire l’épuisement au travail de professionnels et de bénévoles travaillant avec des toxicomanes et caractérisé par le fait de « ne pas y arriver, s’user, être épuisé par une exigence excessive en énergie, force ou ressources » (Freudenberger, 1975).

Qui n’a pas rêvé de vivre un tel état de fatigue, de doute, d’épuisement, de craquage émotionnel et physique au cours de sa vie ? Il saute aux yeux que ce n’est pas une simple mode mais une véritable révolution qui est en cours. Tout le monde aura bientôt fait au moins un Burn Out avant ses 30 ans, et pourra en parler. “J’étais au fond du seau, nous dit Yann en consultations. Je commençais à pleurer dès que mon réveil sonnait. Je crois même que je pleurais dans mes rêves. ” Un bel exemple de Burn Out réussi.

En mal de reconnaissance 

Malgré son succès auprès du grand public, la reconnaissance du burn out en tant qu’entité clinique à part entière fait encore débat au sein de la communauté scientifique. Rien de tel qu’un peu d’humilité de la part de nos chers scientifiques : “On ne sait pas ce que c’est”, osent ils dire désormais. Et ce sans rougir de leur manque d’efficacité . Un bel exemple d’acceptation de leurs faiblesses et de leurs limites.

Ainsi, le Burn Out ne fait actuellement pas partie des diagnostics officiels de maladie dans les classifications de référence, que ce soit dans la Classification internationale des maladies (CIM-10) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) où il figure en tant que facteur influençant l’état de santé, ou dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV) établi par l’Association américaine de psychiatrie.

Les 3 Clés du Burn Out

Pour bien réussir votre Burn Out, je vous conseille d’appliquer, le modèle MBI (Maslach Burnout Inventory) qui le décrit selon trois dimensions :

1/ La première et la plus centrale est l’épuisement émotionnel, psychique mais aussi physique. D’après Maslach le syndrome d’épuisement professionnel ne peut se résumer à cette seule dimension (condition nécessaire mais non suffisante). Il est donc très important d’être rincé dans tous les aspects de votre personnalité. Ne négligez aucune dimension !

2/ La seconde dimension est la dépersonnalisation (ou cynisme) se traduisant par un retrait et une indifférence vis-à-vis du travail. Il s’agit d’une réaction très rapidement mise en œuvre par le sujet face à la survenue de l’épuisement émotionnel. Très vite, vous entrez dans un état de grâce où plus rien ne vous importe : ni vos amis, ni votre femme, ni votre compte en banque, ni votre club de sport ne sont importants. Vous êtes au dessus de tout ça.

3/ La troisième dimension est la perte de l’accomplissement personnel, se traduisant par une inefficacité au travail et une dévalorisation. C’est là que l’on touche véritablement le fond, et que l’on sait que le Burn Out est réussi. Car vous avez échoué. Le sentiment d’échec est là, cuisant, insupportable. C’est le climax de votre Burn Out.

Accélérer le processus : Boostez Les Facteurs Psychosociaux

Bien connaitre les facteurs psychosociaux du Burn Out va vous permettre d’accélérer son développement et de le designer sur mesure.

1/ la charge de travail 

C’est la base. Faites en le plus possible ! Ne vous limitez surtout pas (erreur de débutant). Si vous pouvez, essayez de faire le boulot de plusieurs personnes. Et surtout, surtout… Ne déléguez plus rien ! De toute façon votre secrétaire fait mal son travail : donc repassez derrière elle pour vérifier si elle n’a pas réussi à vous faire gagner du temps.

2/ La pression temporelle

La semaine de 35h ? Dans une journée, oui. C’est exactement ce qu’il vous faut. Travaillez chez vous, la nuit, les week ends. De toute façon vous êtes nul en loisirs et en vacances. Autant travailler votre Burn Out. Et vous reposer… LOL ! MDR ! PTDR ! Pour passer en mode expert, vous pouvez raccourcir les deadlines de vos objectifs. Une pure merveille.

3/ Manque de ressources 

Cette dimension ne vous appartient pas forcément. Si votre employeur a décidé de vous donner plus de moyens pour mieux travailler, renoncez. Des conditions précaires, y a que ça de vrai. Pas de papier, pas d’ordi, pas d’encre pour les imprimantes, pas de logiciels adaptés… Soyez créatifs. Proposez davantage d’économies à vos patrons s’ils veulent faire du zèle.

4/ Faible contrôle

A nouveau, c’est votre environnement qui va favoriser cela. Des règlements intérieurs lourds et fluctuants, des process de validation interminables, ne pouvoir avoir aucune initiative donneront à votre Burn Out une dimension soumise particulièrement prisée.

5/ Faibles récompenses 

Travailler pour la gloire, c’est l’idéal pour le Burn Out. Le sacrifice fait partie de votre culture judéo-chrétienne : servez vous en. C’est un atout de taille pour votre épuisement personnel. Renoncez aussi aux primes, récompenses, félicitations et autres formes de reconnaissance qui ne sont que perte de temps, du temps qui aurait pu être investi dans du travail !

Aller Plus Loin : Devenir Expert en Burn Out

Même s’ils ne sont pas d’accord pour la reconnaissance du trouble, les chercheurs du domaine soulignent tout de même l’importance des caractéristiques liées à la nature de l’activité elle-même.

Ainsi, ce n’est pas un hasard si les secteurs des soins à la personne ont été les premiers à être étudiés en matière d’épuisement professionnel. 

La charge émotionnelle liée à ces activités, nécessitant d’exprimer ou de réprimer ces émotions, de manifester de l’empathie, jouerait un rôle non négligeable dans la survenue du burnout

La combinaison de l’exposition aux stresseurs et d’un « emploi chargé émotionnellement » serait particulièrement prédictive du burnout (Zapf et coll., 2001).

C’est donc le jackpot pour vous, si en plus des critères précédents, vous travaillez comme infirmier, médecin, éducateur, pompier, psy, urgentiste, ou dans toute autre profession qui vous expose régulièrement aux émotions et à la souffrance d’autrui. Votre Burn Out approche !

 

Marre de la mode ? Sortir du Burn Out et se Soigner

Si un seul Burn Out vous a suffi, ou si vous n’êtes décidément pas comme tout le monde et voulez l’éviter, quitte à passer pour un extra terrestre auprès de vos proches et collègues, d’autres voies s’ouvrent à vous.

Votre médecin peut prescrire un arrêt de travail, dont la durée est adaptée à l’évolution du trouble et au contexte socio-professionnel, ainsi que des interventions psychothérapeutiques ou psychocorporelles (thérapies cognitivo-comportementales, relaxation, méditation pleine conscience, …).

J’ai fréquemment l’occasion d’accompagner des Burn Out confirmés ou en cours d’acquisition. Pour tous, le travail en EMDR a été d’une grande efficacité. (approfondissez vos connaissances de ce modèle en lisant cet article : Quand Les Souvenirs Nous Rendent Malade).

Les thématiques ciblées avec eux sont les suivantes :

  • Travailler sur les croyances bloquantes de type “Je suis nulle” qui sont particulièrement résistantes et présentes. C’est souvent à cause de ces croyances négatives que les prétendants aux Burn Out essaient de contre balancer le sentiment d’être nul en travaillant toujours plus. Ils réalisent difficilement l’étendue de leur travail, la qualité de celui-ci, et ne parviennent pas à en être fier, s’en réjouir, ou en profiter. Ce qui conduit à toujours plus de travail. Et jamais à résoudre l’origine de la croyance négative.

 

  • Les croyances jugeantes sont aussi très présentes : “Si je ne fais rien, je suis un feignant” revient systématiquement dans leur discours. La solution est la même que précédemment : soigner l’origine de cette croyance sera plus efficace que de vouloir l’effacer artificiellement ou l’enterrer sous des tonnes de travail.

 

  • Travailler la bienveillance envers soi même. Les mécanismes du Burn Out sont très proches de ceux de l’auto maltraitance. Il convient d’aider à développer plus d’auto compassion, pour freiner l’hyper exigence. L’ Amour de Soi doit devenir indépendant de ce que l’on réalise ou réussit. 

Toutes ces thématiques viennent soigner les dimensions traumatiques très présentes et très négligées dans le Burn Out. Elles soutiennent son fonctionnement et sa répétition.

Prenez Soin De Vous ! Personne ne le fera à votre place 😉

 

Par Julien Baillet

 

 


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •   

Une réponse sur “Quels Secrets Pour Réussir Son Burn Out ?”

  1. Tellement bien analysé et avec la dose qu’il faut d’humour noir….L’article devrait être affiché dans chaque entreprise ( juste au niveau de la badgeuse si elle existe) pour ouvrir les yeux aveuglés par le stress, l’épuisement et la culpabilité de chaque salarié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.